Centre commercial Aéroville à Roissy Yacht Club de Monaco Pyramide inversée du Carrousel du Louvre - Paris Mise en lumière de la façade
du Palais des Congrès de Paris
Porte Maillot - Décembre 2012 Salle d'exposition du Carrousel du Louvre - Paris Salle d'exposition du Carrousel du Louvre - Paris Celgene - Suisse L'usine - Vélizy L'usine - Vélizy Aeroville - Roissy Aeroville - Roissy

 

           JEAN-PHILIPPE CORRIGOU          

   

 DESIGNER LUMIERE

 

La lumière existe grâce à l'ombre qu'elle crée.
JPC

 

 Soirée de gala au profit de la Fondation Albert II au Yacht Club de Monaco en présence de SAS Albert II,  Caribou Concept sponsor de la soirée

Soirée Fondation Prince de Monaco au Yacht Club de Monaco en présence de SAS Albert II, mars 2014.Sponsoring de Caribou Concept en faveur de la Fondation

 

 

 

Pour la Saint-Valentin 2013, Inès de la Fressange soutient l'association Mécénat Chirurgie Cardiaque
et conçoit l'animation lumineuse en collaboration avec Jean-Philippe Corrigou, « Valentin a la main sur le cœur »,
qui s’affichera sur la façade du palais des Congrès tous les soirs du mois de Février 2013.
Lire la suite

 


Ombres et lumières

Dans mon métier, je n’appartiens qu’à la deuxième ou troisième génération, à peine, de “ concepteurs en lumière architecturale ”. en effet, si le métier de régisseur-lumière est centenaire au théâtre (en admettant que Craig et Appia, “ régisseurs absolus ”, en sont les pionniers), il commence seulement à être reconnu dans les métiers de l’urbanisme. Les grandes entreprises de l’éclairage ne s’intéressent à la lumière d’un point de vue “ artistique ” que depuis trente-cinq ans environ. La première génération de concepteurs lumière naît avec les premiers “ plans lumières de ville ”, à l’origine de la mise en valeur de nombreux monuments, parmi lesquels la Tour eiffel est emblématique.

En effet, le cyclique changement d’éclairage du monument symbolisant Paris dans le monde est à la mesure de l’avance internationale des créateurs français en ce domaine de pointe : la “ conception lumière ” fait partie de l’exception culturelle française.
Alain Guilhot, Pierre Bideau, Roger Narboni ont ainsi ouvert la voie vers une approche conceptuelle et esthétique de l’espace urbain nocturne. Les traditionnelles lampes au sodium, à l’aspect “ sécuritaire ” trop connu, uniformisaient toutes les couleurs ; elles font place désormais à des nuances de couleurs chaudes qui permettent de nouveaux jeux plastiques avec l’espace urbain. Aujourd’hui, tout concepteur lumière à la française collabore sur les plus grands chantiers mondiaux dans le cadre de groupements de maîtrise d’oeuvre (architectes, urbanistes et paysagistes).


A la recherche d’un métier nouveau

Au-delà de cette activité professionnelle, je suis à la recherche d’un métier nouveau au sens non plus de la fonction sociale, mais du vecteur, du medium de cette activité créatrice (“ métier ” est ici à comprendre comme dans le “ métier à tisser ” du canut, ce modèle d’ouvrier artiste). Ce métier nouveau, pour s’exercer, suppose donc un affranchissement critique et esthétique des contraintes de tout “ chantier ”... L’architecture est devenue un travail d’équipe ; or la solitude requise par cette pratique nouvelle réclame un terrain strictement expérimental. Comme les éclairages scénographiques expérimentés au théâtre ont nourri les grands plasticiens désormais reconnus de la lumière (Yann Kersalé, James Turrell), il est temps de conceptualiser la dramaturgie que l’architecture et l’urbanisme offrent à un geste artistique détaché de toutes contraintes fonctionnelles.